Sélectionner une page

Laurence Arpi : par où commencer quand on veut changer ? Partie 3/5

Fév 24, 2018 | Retranscriptions vidéo | 0 commentaires

Retranscription de la vidéo
(Pour accéder à la partie suivante de la retranscription : cliquez ici)
(Pour accéder à la partie précédente de la retranscription : cliquez ici)

Un processus, c’est quelque chose qui met un certain temps, qui a des étapes, qui peut parfois être chaotique, dans lequel on ne voit pas toujours clair.

C’est comme une naissance – une naissance pour les femmes qui ont accouché, pour les hommes qui ont assisté à des accouchements. Pour ceux qui n’ont pas assisté à ça, mais qui ont vu des images, vous savez que c’est pas quelque chose qui est au carré, qui est au cordeau et qui se passe comme on le souhaite, dans la clarté. C’est plutôt une grosse confusion, avec des cris, du sang, des émotions etc…, jusqu’à ce qu’enfin le bébé sorte, ben c’est pareil pour vous.

Vous allez être dans une forme de confusion, tout ne sera pas très clair, cela va être douloureux parfois jusqu’au moment où vous êtes dehors. D’accord ? Donc acceptez le chaos donc votre processus de transformation. Vous ne pourrez pas grandir dans votre vie sans cette part d’inconnu, de choses qui ne se passent pas comme vous voulez, de risques que vous prenez, et ça fait partie du processus que vous allez suivre.

Et si vous êtes parfaitement aligné sur votre bien-être, c’est un processus qui peut être tout à fait confortable. Et ça, on va en reparler ensuite.

Tout d’abord, retenez cette notion que pour réussir un changement, et bien, il faut comprendre qu’on va devoir – pour opérer un changement – transformer nos habitudes. Donc qu’est-ce que c’est qu’une habitude ? C’est un comportement que nous avons, mais c’est aussi un circuit neuronal dans notre cerveau.

Un circuit neuronal : je vais vous faire un schéma très très simplifié, et je m’excuse d’avance auprès des neuro-scientifiques. C’est vraiment une simplification pour bien comprendre. Un circuit neuronal, c’est un circuit qui va relier un neurone A à un neurone B. Ok ?

Et ici, c’est le circuit neuronal, c’est une sorte de canal comme ça, de petits canaux comme ça qui se renforcent comme un fil dans lequel passe le courant, d’accord ? Donc une habitude, c’est un circuit neuronal – dans notre cerveau, l’électricité pour un certain chemin qui me fait agir d’une certaine manière.

Si on coupe ici le circuit neuronal. En fait, c’est par couches que se constitue ce circuit, comme un tronc d’arbre, avec des couches successives d’une certaine protéine – dont vous ne me demanderez pas le nom, parce qu’il est assez compliqué – c’est une protéine qui se renforce petit à petit, couche après couche, et qui vient renforcer les circuits, les nouveaux circuits neuronaux.

Et comment est-ce que ce circuit-là se renforce ? Et bien, tout simplement par la répétition d’une action, d’une pensée, d’une émotion. C’est la répétition qui vient créer ce nouveau circuit neuronal.

On va voir que c’est très important de comprendre ça, et c’est très important de comprendre qu’on est ce qu’on répète. Quand un enfant veut apprendre à marcher, il n’a pas encore le circuit neuronal qui lui permet de mettre en jeu son corps de manière à pouvoir marcher.

Qu’est ce qu’il fait ? Il essaie et puis il essaie encore, et puis il essaie encore et puis il essaie encore, et puis il tient debout, et puis il se tient au meuble, et là, ça travaille et ça travaille. Et pendant ce temps, les circuits neuronaux sont en train de se renforcer, de se renforcer, jusqu’au moment où il tient debout.

Et après, il va vouloir faire le premier pas, il va tomber, il va refaire un pas, il va tomber. Si nous pouvions avoir la détermination des enfants qui apprennent à marcher, pour repérer tous nos changements dans notre vie, on en ferait vraiment ce qu’on voudrait de notre vie, parce qu’ils sont têtus, jusqu’à ce qu’ils y arrivent, et ils réessayent encore et ils réessayent encore.

D’accord ? Donc ça, c’est le secret de ce qui va renforcer ici – ce qu’on disait tout à l’heure – ramener des points dans la nouvelle partie de nous, dans de nouvelles habitudes. C’est répéter encore, essayer encore, refaire encore quelque chose dont on n’a pas l’habitude jusqu’au moment où c’est assez fort pour que l’ancien lâche.

Le bébé est debout, et vous avez opéré votre changement. Donc cette notion de processus par répétition – répétition d’affirmations positives, répétition d’actions que vous voulez mettre en place.

Gardez pour l’instant cette notion que votre processus de transformation, c’est progressif, et ça se fait par répétition, petit à petit, pour aller vers le nouveau. Les sauts quantiques en une fois, on peut le faire, mais généralement ensuite, on a quand même de l’ancien à gérer.

Même si on a fait un grand saut vers le changement, on a quand même de l’ancien à gérer sous forme d’angoisse, sous forme de doutes qui reviennent, et là, il faut à nouveau se répéter les choses, et remettre en place les choses par la répétition, pour créer nos nouveaux circuits neuronaux.

Autre chose pour vous : on a vu là donc les clés pour pouvoir opérer ce changement correctement. Un autre point important, c’est l’attitude que vous allez adopter par rapport à vous même dans un processus de changement. Cette attitude, je l’ai appelé, comme on dit en anglais, c’est l’attitude du winner. Alors le winner en anglais, c’est celui qui gagne, c’est celui qui arrive à faire ce qu’il veut.

Donc l’attitude que vous adoptez, c’est elle qui va décider si vous êtes capable ou pas d’opérer votre changement au final. Et l’attitude, et bien, elle est constituée d’un certain esprit qui exclut la notion d’échec dans votre vie. Et ça, j’en ai beaucoup parlé dans comment ne plus avoir peur de rien – ma dernière téléclasse. Exclure la notion d’échec.

Et comment on fait pour exclure cette notion d’échec ? Et bien, on va simplement se dire que soit j’y arrive, j’arrive à faire ce que je veux, soit j’apprends. Ok ? Et ça, c’est vraiment une attitude que vous voulez garder tout le temps.

Vous faites un investissement financier, vous perdez tout ? C’était pas le bon investissement. Vous avez appris quelque chose, et vous pouvez réessayer.

Vous savez, Einstein l’a dit, d’autres l’ont dit, tous les grands mentors le disent, le seul moyen d’échouer dans votre vie, c’est d’abandonner.

Si vous n’abandonnez pas, que vous avez une vision claire, un but précis, vous pourrez avoir tous les revers du monde, vous apprendrez à chaque fois la leçon nécessaire pour passer à l’étape qui vous permet de réussir.

Sachez que vous ne faites jamais d’erreur en fait. Si vous vivez quelque chose qui ne se passe pas comme vous voulez, c’est que cette expérience était absolument nécessaire pour vous.

Vous ne pouviez pas passer à l’étape supérieure sur votre chemin sans vivre cette expérience qui vous a appris quelque chose, et qui vous a permis d’être plus conscient, de changer une habitude, d’être dans une meilleure attitude pour réussir ce que vous voulez.

C’est le vieux proverbe chinois qui dit : on tombe 7 fois, on se relève 8 fois, et là, on est sûr qu’on arrive à son but.

Donc ne vous laissez pas décourager à la première déconvenue. Sachez que ça peut être long d’arriver, surtout quand votre vision est grande, même si c’est relatif. Souvent notre mental a tendance à minimiser nos réussites, à agrandir le temps que nous mettons, mais si vous le raisonnez, vous vous dites finalement : cette chose-là, je pensais le faire en trois mois, ça m’a pris six. Bon, ok.

Mais ces six mois finalement, c’est rien dans ma vie pour ce résultat-là, d’accord ? Donc faites attention toujours à cette petite voix qui vient minimiser vos réussites, qui vient minimiser tout ce que vous avez déjà accompli, mis en place, mis en action.

Donc gardez cette attitude : soit j’arrive à faire quelque chose comme je l’ai prévu dans les temps, exactement comme je le voulais, soit j’ai appris quelque chose qui me sert dans cette expérience qui n’est pas celle que je voulais vivre.

Soyez certain que si vous adoptez cette attitude, vous arriverez toujours à vos fins, et quand vous vivez quelque chose qui n’a pas le résultat voulu, fêtez le quand même. Fêtez vos tentatives, d’accord ?

Parce que vous avez osé faire quelque chose, et il n’y a que les gens qui ne font rien, qui n’ont jamais d’échec apparent, d’erreurs ou de revers, il n’y a que ceux qui n’avancent pas, qui sont toujours dans leur zone de confort, et qui d’ailleurs sont souvent ceux qui critiquent le plus ceux qui font des erreurs [rires]. Comme par hasard. Parenthèse fermée.

Donc la bonne attitude : soit je vais réussir ce que je fais, soit je vais apprendre quelque chose qui va m’aider à réussir. Et enfin, dernier grand point, et ensuite on passera aux outils stratégiques qui peuvent vous aider à opérer un changement, aux étapes.

C’est l’engagement. Alors l’engagement, ça rejoint ce que je viens de vous dire.

L’engagement : qu’est-ce que l’engagement ?

Et bien, c’est ce que je viens de vous partager avec l’attitude. L’engagement, c’est dire : je n’abandonne jamais. Non pas je n’abandonne jamais un chemin si je vois que ce n’est pas le bon, mais je n’abandonne jamais ma vision si je suis sûr que c’est ça que je veux. D’accord ? Je garde mes promesses envers moi-même.

Je tiens mes promesses, ça peut vouloir dire par exemple, je me suis engagé à perdre ces 10 kg, à m’aimer plus, donc je m’offre tous les jours de passer du temps à soigner mon corps, à mettre une crème qui sent bon dessus pour me sentir bien.

Et je prends cet engagement qui dure à peu près trois minutes par jour pour moi, c’est une nouvelle habitude si je ne l’ai jamais fait. Je mets en place des outils, comme par exemple une petite alarme au moment où je veux faire cet acte, ou un pense-intelligent sur le miroir qui me dit : prendre soin de moi ou je m’aime.

Mais je garde les engagements vis à vis de moi-même. Plus vous allez être capable de tenir vos promesses vis à vis de vous-même, de faire ce que vous avez dit avant même que vous vouliez le faire, plus vous allez prendre confiance en vous.

Et l’autre élément, c’est que les autres, s’ils vont vous faire confiance, ils vont vous soutenir du coup dans vos nouvelles actions, et l’univers va vous faire confiance, et va être le vrai complice de votre changement.

Donc l’engagement, c’est aussi s’engager auprès de soi, auprès de la grande conscience de l’univers qui nous aide et qui nous soutient à faire ce qu’on a dit de faire.

Et dans ce cas-là, l’univers aussi tient ses promesses, et il nous aide, il nous apporte son concours et son soutien, et les choses sont beaucoup facilitées pour nous.

Donc quand vous arrivez à ce moment où vous avez votre vision claire, vous avez une bonne attitude, vous êtes prêt à faire des actions pour votre changement. Par où est-ce que vous passez ? Justement par où là est-ce que vous commencez ?

Donc voyez, le premier commencement, c’est d’abord de travailler vraiment à l’intérieur de vous : votre attitude, votre vision, votre manière de vous comporter pour renforcer le bon côté de l’élastique. Et puis comment vous allez pouvoir maintenant réellement passer à l’action ?

Alors je vais vous donner les outils. Donc la première chose que vous voulez, c’est, dans un changement, d’avoir conscience qu’il va y avoir des étapes, parce que souvent quand on a un nouveau projet, on fait de ce projet une énorme montagne. Moi, je veux aller-là, d’accord ? Et vous, vous êtes là. Et vous regardez là-haut, et vous dites : mais c’est loin, c’est trop loin. J’y arriverai jamais. D’accord ?

(Pour accéder à la partie suivante de la retranscription : cliquez ici)
(Pour accéder à la partie précédente de la retranscription : cliquez ici)

Laurence Arpi
site internet : www.laurencearpi.com
page Facebook : https://www.facebook.com/laurence.arpi
chaine Youtube :
https://www.youtube.com/channel/UC-DDcqblZgkCqHh5uYO3AJw

Livres

Mon corps a des choses à me dire


Vivre pour de vrai : Tout ce que l’école ne vous a pas appris pour être heureux et réussir votre vie

Autres parties de la vidéo

Partie 1 :
http://guillaumeputrich.com/laurence-arpi-commencer-on-veut-changer-partie-1-5/

Partie 2 :
http://guillaumeputrich.com/laurence-arpi-commencer-on-veut-changer-partie-2-5/

Partie 4 :
http://guillaumeputrich.com/laurence-arpi-commencer-on-veut-changer-partie-4-5/

Partie 5 :
http://guillaumeputrich.com/laurence-arpi-commencer-on-veut-changer-partie-5-5/

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site de Guillaume Putrich