David Lefrançois : faire ce que l’on aime 1/3

Retranscription de la vidéo par Guillaume

David Lefrançois : Bonjour mes chouchous, je suis très heureux de vous retrouver sur cette nouvelle capsule. J’espère que vous allez bien, que vous êtes en super forme, que vous avez une grosse patate. Ben moi, j’ai la patate, donc je vais vous la transmettre. En tout cas, je l’espère. Prenez cette énergie, prenez cette information, parce qu’aujourd’hui, on va aborder un sujet qui – je pense – nous touche tous plus ou moins, ou nous a touché au moins à des périodes de notre vie, ou touchent des personnes que nous connaissons. En clair, on est concerné.

Si vous remarquez bien, dans une vie, on passe une grande partie de nos journées au travail. Ce qu’on appelle le fameux « job », le « boulot ».  Ben moi personnellement, j’ai souvent été choqué de me rendre compte qu’en fait, il y a peu de gens qui trouvent un réel sens à ce qui va occuper peut-être des millions d’heures dans une vie, en tout cas des milliers d’heures dans une année, ça c’est certain.

En clair, la plus grosse partie de votre temps, vous la faites à travailler. Ensuite, on a nos conventions sociales, la famille, tout ça, dans différents domaines de vie puis on doit dormir. Mais considérez quand même que le travail est un des groupes bloc de notre vie. Vous êtes d’accord avec moi mes chouchous ?

Très bien, alors on va continuer sur cette idée. Moi, je pense profondément que lorsqu’on ne voit pas ou qu’on ne perçoit pas obligatoirement bien à quoi on sert dans un travail, si on arrive pas à avoir une vision claire : ce que je fais, contribuer à quoi ou qu’est-ce qui a de de sympa, de passionnant dans mon job ? En vrai, vous n’aurez que deux options qui vont s’offrir à vous : pas 36, deux.

La première ambition, c’est de chercher un autre job qui sera plus intéressant. Ce que va faire une grande partie de la population.

Ou alors, la deuxième option, et c’est un peu l’objet de cette vidéo d’aujourd’hui, c’est de garder le sien, mais en développant cette aptitude de voir les côtés les plus sympas de notre travail, et d’être focus(!) là-dessus. Alors moi, je sais que je suis un privilégié parce que j’ai la chance de vivre de ma passion.

Maintenant, pour en arriver là, j’ai fait beaucoup beaucoup de sacrifices aussi. D’accord ? C’est aussi le fruit d’un travail. Cela étant, je me considère vraiment comme un privilégié. Je sais également que j’en suis conscient en tout cas qu’on n’a pas tous justement cette chance-là d’exercer le métier de notre rêve, ce qu’on voulait vraiment depuis notre prime enfance.

Et c’est vrai que parfois ce métier idéal dans lequel on entre en contact avec des gens sympas, dans lequel on apprend des choses épanouissantes, dans lequel on va pouvoir partager notre passion, dans lequel on va pouvoir échanger avec des personnes qui partagent exactement les mêmes valeurs, et puis parfois qui s’organise dans un espace ou dans un environnement qui nous correspondent vraiment bien et qui collent exactement à qui on est.

Eh ben, c’est pas toujours évident, et ça j’en suis vraiment conscient, parce que je l’observe et je l’ai observé un nombre incalculable de fois, ne serait-ce qu’auprès des entreprises avec lesquelles j’ai bossé. Maintenant, écoutez moi bien, vous devez comprendre que même si on n’est pas dans cette situation idéale, on a quand même le choix de vivre cette expérience de plusieurs façons :

en clair, regardez bien, quel que soit notre métier, qu’on soit pdg, qu’on soit vendeur, qu’on soit travailleur social, qu’on soit assistante, on a le pouvoir de décider des aspects à privilégier, et quand on fait ça, on va donc aussi privilégier directement ou indirectement la satisfaction qu’on pourra tirer de notre job.

En clair, ce que je suis en train de vous dire, c’est que selon le focus que tu vas mettre sur les parties de ton job qui te plaisent ou te déplaisent, celui-ci va te satisfaire, ou alors on va nourrir une espèce de frustration. Par exemple, je peux avoir à l’esprit que grâce à mon travail, je rends service aux autres personnes ; ça peut être un premier aspect. En clair, posez-vous vraiment cette question, qu’est-ce que j’apporte au monde à travers ce que je fais ?

Moi, ça me rappelle une chanson que j’ai adoré de Jean Jacques Goldman qui était je crois dans son album avec Carole Fredericks Michael Jones, qui parlait d’un cordonnier, un petit cordonnier à sa façon aussi, il changeait la vie. Ça veut dire que peu importe le job que vous faites, l’interaction que vous allez avoir avec les personnes peut vraiment changer la vie des gens. Ne serait-ce qu’un sourire, un bon contact.

Vous pouvez également vous concentrer sur plein d’autres choses, par exemple sur les parties de votre travail qui vont être les plus enthousiasmantes, ou alors sur la qualité des contacts que vous pourriez avoir avec vos collègues ou avec vos clients par exemple.

Bref, choisissez le focus. Je prends également conscience aussi que grâce à cette expérience professionnelle, je développe peut-être toutes les compétences nécessaires qui vont enrichir, développer, et favoriser mon employabilité. Donc en clair, peut-être qu’avec ce job-là, je prépare demain.

Moi je me rappelle un jour : je travaillais jeune pour payer mes études, je travaillais chez Continent (l’achat gagnant), racheté par Carrefour. Et je me rappelle une conversation avec mon grand-père. Mon grand père m’avait dit un truc très intéressant : ça va avec ton travail, c’est intéressant ? J’ai dit :  pas du tout, c’est pas du tout intéressant. Et là, il m’avait dit un truc, c’est : tu vois, tu es en train d’apprendre ce qu’est un  métier qui ne te convient pas, et ça te donnera encore plus la motivation d’avancer vers un métier qui te plaît.

Pour lire les parties suivantes : page 2/3, page 3/3

Autres articles autour de vidéos de David Lefrançois

David Lefrançois : Faire le bon choix
David Lefrançois : qualité de nuit = qualité de vie
David Lefrançois : le meilleur placement financier
David Lefrançois : stop à la timidité

 

David Lefrançois
Chaine Youtube :
https://www.youtube.com/c/DavidLefrancois

Page facebook : https://www.facebook.com/coachdavidlefrancois/

Articles similaires :

    None Found

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *