Conférence Didier Jouffrieau – février 2018 – 1ière partie

Conférence intitulée : mes pensées, mes sentiments créent mon monde.

Enregistrement de la vidéo et
retranscription effectuée par Guillaume Putrich
(Pour accéder à la 2ième partie de la conférence : cliquez ici)

Didier Jouffrieau :
Donc cette conférence, je l’ai appelée : mes pensées, mes sentiments créent mon monde.

Je vais quand même vous dire que quand j’avais 15 ans, j’ai été passionné par un livre qui s’appelait « le succès par la pensée constructive« , et je me suis dit : je voudrais faire ça plus tard.

Donc je suis parti aux États Unis,  j’ai fait cinq/six ans d’études de chiropraxie à Chicago, et puis très vite, au lieu de commencer à bouger des vertèbres, j’ai été passionné par le système nerveux et le système énergétique.

Et aujourd’hui, c’est comme ça que je travaille, en touchant des points de contact sur le dos,sur la tête. Donc je suis très content de pouvoir parler ce soir de ce sujet.

Ce sujet, il est vaste, et il est très très d’actualité, puis qu’il y a énormément de reportages en ce moment, d’articles de journaux qui vous montrent que finalement les neurosciences sont en pleine expansion. Et qui ne parle pas d’énergétique ?

Donc vous avez bien vu, ce sont : mes pensées, mes sentiments créent mon monde. Et on va voir au cours de la conférence que finalement le monde est le reflet de ce qu’on croit qu’il est.

Je vais vous montrer les deux dernières diapositives du powerpoint,
afin de vous préparer un petit peu. Comme ça, pendant la conférence, vous pourrez déjà faire le point un petit peu : si quelque chose vous touche, si quelque chose vous éclaire, si quelque chose vous inspire, et puis vous aurez peut-être 30 secondes pour partager avec votre voisin. On verra ça tout à l’heure.

L’exercice de gratitude : c’est toujours bon d’avoir déjà de la gratitude pour ce qui va venir. Donc j’ai beaucoup de gratitude pour cette soirée qui commence fort, et qui va me plaire énormément.

Ça, c’est la dernière diapositive. Allons-y tous ensemble, devenons le changement.

Et ce n’est pas sans nous rappeler une certaine phrase de Gandhi qui disait :
« devenons le changement que nous voulons voir dans le monde ». Et cette phrase-là, elle me porte énormément.

Nous sommes vraiment les acteurs de ce monde. Vous l’avez reconnu : c’est la terre, cette belle planète.

Et pourtant, qui croit, parmi vous, que cette planète est en train de se détruire et qu’on va droit dans le mur ? Il y en a peut-être quelques-uns, oui. Maintenant, qui croit qu’en ce moment, cette période de crise
est une fantastique opportunité de développer de nouvelles initiatives ? Ok.
Si c’était pas le cas, vous ne seriez pas là, bien sûr.

Donc on va voir ça, ce soir. On va voir comment on peut être créateur du monde, en utilisant deux outils merveilleux : nos pensées et notre cœur. Quel beau sujet de dissertation.

Donc où va le monde ? Alors certains nous disent : le monde, il s’ouvre à nous. On peut y aller, c’est feu vert. Et puis d’autres disent : non, c’est feu rouge : tous les voyants sont au rouge, on n’y arrivera pas. Et on baisse les bras.

Mais ce soir justement, on ne va pas baisser les bras, parce qu’on va donner des outils, des pistes, pour voir qu’on peut être des acteurs de ce changement qu’on attend tous.

Nous allons vers un monde de plus en plus complexe. Il y a urgence. On est dans un monde qui est dominé par le côté digital, l’informatique, les écrans : on ne peut plus se passer de son petit écran, où on tapote dessus, et ça devient complètement dingue.

Je regardais il y a quelques jours sur internet : ils parlaient d’un film qui est sorti je crois il y a quelques années, qui s’appelait : l’urgence de ralentir.

Est-ce qu’il y en a qui ont déjà vu ce film ? Regardez sur internet, je crois qu’ils en parlent. Et c’est Edgar Morin, qui disait justement comme introduction à ce film, il disait : on est suicidaire ou inconscient.

Bien moi, je dis qu’il est temps d’être un peu plus conscient,
et on va voir si on peut y participer à ce monde.

Henry ford disait : que vous pensiez pouvoir le faire ou non, dans les deux cas, vous avez raison.

Voilà, il y en a certains qui nous disent que c’est impossible, et pourtant, c’est possible.

Je me souviens avoir lu un jour que le record du monde du mile est resté en dessous d’un certain temps -la minute – pendant des dizaines d’années. Et puis un jour, il y a quelqu’un qui a décidé de dire : moi, je crois que c’est possible de le battre. Il reste encore trois secondes, on va y arriver.

Et il s’est battu, il s’est battu, et il a gagné : il l’a dépassé.
Figurez-vous que dans les semaines qui ont suivi, et les mois qui ont suivi, le record a été battu plusieurs fois. Voilà, donc ça, c’est un beau message pour voir que si tout le monde nous dit que c’est impossible, c’est impossible. Et puis un jour, il y a quelqu’un qui nous montre
que c’est possible. Et alors, ça démarre.

Je suis un amoureux des citations aussi : quand je trouve une citation qui me plaît, je la note. J’ai fait ce diaporama d’ailleurs cette semaine. Alors j’allais chercher toutes les citations, toutes les images qui me plaisaient et qui résonnaient en moi.

« Le monde n’est pas malade, il enfante » Xavier Salantin

Xavier Salantin était un disciple de Teilhard de Chardin.
Teilhard de Chardin, c’était un prêtre chrétien, qui était très très dans l’air du temps d’aujourd’hui, qui parlait de l’univers, du cosmos, de l’énergie, du pouvoir de la pensée aussi. Mais il était très décrié évidemment par l’église institutionnalisée.

« Le monde a la beauté du regard qu’on y pose tout. Tout n’est que le reflet de notre vision des choses. » Ça, c’est une chanson de Yves Duteil : les impressionnistes.

On va le voir ce soir finalement. Le monde a la beauté du regard qu’on y pose. Si on continue à fonctionner avec nos lunettes fumées, on verra le monde sombre. Si on met des lunettes roses, on verra le monde rose.
Le monde a la beauté du regard qu’on y pose.

Il y a un américain que j’aime beaucoup, qui s’appelle Wayne Dyer qui disait aussi : quand je change ma façon de voir les choses, les choses que je vois changent.

Donc, et si c’était possible ? Et si à chaque fois qu’on bloque, chaque fois qu’on a peur, on se répétait cette phrase : et si c’était possible ? Comment ça pourrait être mieux que ça ? Qu’est ce que je pourrais faire pour que ce soit possible ? Quoi d’autre est possible ?

Moi, je suis un amoureux des questions de ce style-là, où on pose les questions n’ont pas à notre mental, mais à l’univers, au champ des possibles.

Et si c’était possible ?
Comment devenir individuellement responsable et acteur d’un vrai changement ?

Vous voyez ici : des mains qui se lèvent et qui font comme une forme de papillon. Donc devenons des acteurs de changement.

Essayons de sortir de ce qu’on appelle la chrysalide, c’est la chenille qui commence à enfanter d’un papillon. Et c’est douloureux, c’est pas facile, c’est une crise.

Mais c’est une crise d’accouchement qui est nécessaire, et en ce moment, c’est un peu ce qu’on vit. C’est une crise d’accouchement qui est nécessaire et qui va donner quelque chose de beau.

Il y a une autre phrase dont je vous parlais tout à l’heure : devenons le changement que nous voulons voir dans le monde. J’aurais pu appeler cette conférence comme ça.

Et il y a Victor Hugo qui a dit une très belle phrase, c’est :
« Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue. »

Cette idée de changement, elle a commencé à mûrir il y a déjà une vingtaine d’années, puis une dizaine d’années, et puis il y a cinq ans, cela a pris de l’ampleur, mais maintenant, on voit bien que ça prend de l’ampleur énormément, puisque des associations comme l’association Nomade
commencent à fleurir un peu partout.

Et je crois que c’est comme ça qu’il va venir le changement, par des initiatives associatives. On peut l’attendre longtemps de là haut, de nos dirigeants. Ça ne viendra pas. Ça vient de nos associations, et ça viendra d’un mouvement individuel, qui crée des petits collectifs.

L’évolution du monde va effectivement dépendre de la qualité de nos pensées, de nos sentiments, de nos croyances, et de nos actions. Donc là, vous avez en bas trois images.

A gauche, vous avez le cerveau : on va le découvrir ce soir. C’est fantastique, notre cerveau.

Il y a des milliards et des milliards de neurones, et on nous dit même qu’il y a plus de synapses qu’il y a d’étoiles dans tout l’ensemble de la stratosphère.

Voilà, et puis à droite, vous avez le cœur, avec ses vibrations, avec ses pulsations, avec ses fréquences.

On va le découvrir ce soir. Vous allez voir, vous allez être émerveillés de voir
que le cœur, c’est bien plus qu’une pompe à sang, et qu’avec le cœur, on va pouvoir créer aussi.

Et je vais vous montrer les dernières recherches qui montrent que finalement, quand on ouvre son cœur, ça peut changer des tas de choses dans le monde entier, sur la planète.

On est vraiment dans une période où on a l’impression qu’avec toutes ces nouvelles sciences – que sont les neurosciences, la physique quantique – la science et la spiritualité sont en train de se rencontrer, et se soutenir, et s’expliquer les unes les autres.

Les phénomènes de la prière, on sait maintenant comment ça marche.
Donc vous avez ces deux schémas : le cerveau à gauche, le cœur à droite, et puis en haut, vous avez une colombe. J’aurais très bien pu mettre la conscience, dieu, l’intelligence suprême, la source, l’intelligence universelle, l’origine de la vie : on peut lui donner le nom qu’on veut selon nos croyances bien sûr.

Mais nous sommes appelés à devenir acteur, en utilisant ces deux outils, qui vont nous aider à dé velopper en nous le troisième outil qui est l’esprit. Voilà, et puis on va voir après que c’est l’esprit qui va insuffler notre mental,et c’est l’esprit qui va insuffler notre cœur, et ensuite il y a des créations qui vont se faire.

(Pour accéder à la 2ième partie de la conférence : cliquez ici)

Didier Jouffrieau
Chiropracteur, docteur en chiropraxie – faculté de Chicago
Rééquilibrage neuro-énergétique, musculaire et articulaire.
Accompagnement de la gestion du stress et du changement
6, rue J.G. Conrath – Parc des Poteries – 67200 Strasbourg
sur rendez-vous. Tél 03 88 29 44 01
http://www.consciencesante.fr/

Retranscription des autres parties de la conférence :
Partie 1 : introduction
http://guillaumeputrich.com/conference-didier-jouffrieau-fevrier-2018-1iere-partie/

Partie 2 : le cerveau
http://guillaumeputrich.com/conference-didier-jouffrieau-fevrier-2018-2ieme-partie-cerveau/

Partie 3 : épigénétique
http://guillaumeputrich.com/conference-didier-jouffrieau-fevrier-2018-3ieme-partie-epigenetique/

Partie 4 : Joe Dispenza Et Norman Cousins
http://guillaumeputrich.com/conference-didier-jouffrieau-fevrier-2018-4ieme-partie-joe-dispenza-norman-cousins/

Partie 5 : le surstress
http://guillaumeputrich.com/conference-didier-jouffrieau-fevrier-2018-5ieme-partie-surstress/

Partie 6 : marche Morter
http://guillaumeputrich.com/conference-didier-jouffrieau-fevrier-2018-6ieme-partie-marche-morter/

Partie 7 : le cœur
http://guillaumeputrich.com/conference-didier-jouffrieau-fevrier-2018-7ieme-partie-coherence-cardiaque/

Partie 8 : libérer les possibles
http://guillaumeputrich.com/conference-didier-jouffrieau-fevrier-2018-8ieme-partie-liberer-possibles/

Partie 9 : exercice de gratitude
http://guillaumeputrich.com/conference-didier-jouffrieau-fevrier-2018-9ieme-partie-exercice-de-gratitude/

 

 

Articles similaires :

    None Found

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *